Acné et pilule : comment bien choisir sa pilule ?

Pourquoi la pilule a des effets sur l’acné chez les adolescents ?

Le mélange d’hormones est à l’origine des changements au niveau de la peau : celles de la pilule et celles des hormones sexuelles particulièrement croissantes à l’adolescence. De ce choc hormonal dépend ainsi l’évolution d’une acné.
acné pilule
Sachez que la pilule peut améliorer, voire effacer, une acné… mais certaines l’aggravent !

Comment choisir la pilule la plus adaptée suivant son profil hormonal?

Une fille qui a des règles très importantes, douloureuses, des seins qui gonflent en fin de cycle a naturellement un profil « œstrogénique ». Elle se sentira plus confortable avec une pilule à « climat progestatif ».

Une fille qui a beaucoup d’acné ou un excès de pilosité a plutôt un « profil » progestatif » : la production de sébum (de graisse) dans la peau est en effet dépendante d’un certain nombre d’hormones, testostérone et progestérone surtout. Cette acné devrait donc être améliorée avec une pilule à climat « œstrogénique ».

Toutes les pilules,  bloquent le fonctionnement de l’ovaire qui ne sécrète alors plus d’hormones. L’œstrogène qui est le même pour toutes les pilules, a des effets bénéfiques  au niveau de l’acné.
Toutefois, c’est la nature du progestatif associé  à la pilule qui fait la différence au niveau de l’acné.

  • Les pilules « anciennes », de 1ère-2e génération, possèdes un progestatif, dérivé de la testostérone (hormone mâle), qui peut par donc augmenter l’acné.
    Ce progestatif l’emporte sur l’œstrogène de la pilule, alors à climat progestatif, favorise l’acné et la pousse des poils chez certaines femmes… On la conseille quand l’objectif est de diminuer la quantité des règles, de soulager la tension des seins ou la lourdeur des jambes. Un équilibre subtil.
  • Les pilules « nouvelles » :  progestatif de 3e génération ici c’est l’œstrogène qui s’impose. Ce type de pilule  est conseillé en cas d’acné. On peut choisisir un progestatif anti-androgénique comme la cyprotérone (Diane), l’acétate de chlormadinone (Bélara) ou la drospirénone (Jasmine, Jasminelle).
    Ces pilules disposent en plus d’un effet antialdostérone qui s’opposent à la rétention hydrosodée provoquée par les estrogènes, et peuvent ainsi éviter certains gonflements ou prises de poids par rétention d’eau. Aucune des pilules de 3e génération qui sont toutes efficaces sur l’acné, n’est remboursée en France.

Tu as aimé cet article ? Clique donc sur J'aime, merci ;)

1Pingbacks & Trackbacks on Acné et pilule : comment bien choisir sa pilule ?

  1. […] régimes (une alimentation trop riche en sucres augmenterait la séborrhée et l’acné), des troubles hormonaux (règles)… L’hérédité est aussi importante : si un de vos parents est sujet à l’acné, le […]

Balance un com'