Pourquoi aurons-nous toutes, ou presque, un cancer ?

Le constat est affligeant concernant les chiffres du cancer

cancer-chiffres-alimentationSelon les données publiées en Février 2008 par l’INVS, l’Institut de veille sanitaire, le nombre de cancer a doublé entre 1980 et 2005, soit une augmentation annuelle moyenne de 2%.
Toujours selon l’INVS le nombre de nouveaux cancers diagnostiqués ne cesse d’augmenter :
– en 2009 : 346900 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués
– en 2010 : encore 357700 nouveaux cas (+3,11% par rapport à l’année précédente)

La nouvelle génération est donc de plus en plus sujet à développer un cancer… le nombre de jeunes malades ne cessant de croître depuis trente ans en Europe ! Notre risque de développer un cancer est de plus en plus probable voire inévitable !

Actuellement 43 % de la population française risque de développer un cancer au cours de sa vie, ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Selon les cancérologue, voici la principale raison de ce fléaux : les pesticides dans l’alimentation

Les cancérologues accusent la pollution chimique (pesticides) d’être responsable d’une grande majorité de cancer.
L’INVS a publié très récemment une enquête qui a révélé que les Français ont plus de pesticides dans le sang que les Allemands et les Américains. Cette étude compléte un rapport publié en décembre dernier par l’association Générations Futures (ex MDRGF, Mouvement pour les droits et le respect des Générations Futures), qui avait déjà révélé une contamination généralisée des organismes des Français par des substances cancérigènes dans le cadre de leur campagne intitulée « Environnement et cancer ».

Que faire pour limité les risques de cancer lié à l’alimentation ?

Peut être devrait-on se mettre à la consommation d’une micro-algue réputées pour ses effets contre le cancer ?
Sinon, commençons par laver et et éplucher les fruits et légumes qui est une bonne habitude, même si d’après certaines études il pourrait se révéler insuffisant voire inutile.
D’autre part, la meilleure façon de s’alimenter sainement reste la consommation de produits locaux (moins de transport équivaut à moins d’utilisation de produits chimiques), de saison et de préférence issus de l’agriculture biologique, laquelle garantit des produits sains et sans engrais chimiques nocifs pour la santé et pour l’environnement. Un atout qui est devenu inestimable.